Un cadre institutionnel, professionnel et scientifique

Un cadre institutionnel

-Les prescriptions institutionnelles concernant le désherbage sont celles qui concernent la politique d’acquisition. Néanmoins, dans le protocole d’inspection de 2007, le désherbage est clairement spécifié comme faisant partie des compétences d’un enseignant-documentaliste. En effet, il est indiqué qu’il est nécessaire de « pratiquer un désherbage régulier » (III Mettre à disposition des ressources et organiser la diffusion de l’information utile au sein de l’établissement).

Un cadre professionnel et scientifique

-La documentation professionnelle est riche en matière de désherbage. Activité à part entière de la politique d’acquisition d’un centre de ressources, le désherbage fait partie des charte d’acquisition éditée par la FABDEN ou par certaines bibliothèques. Elle fait l’objet de nombreux articles dans la BBF, ou encore le site savoir-CDI. C’est également un activité documentaire qui fait l’objet de document d’accompagnement pour les professionnelles produit par diverses institutions telles que les CRDP ou CDPP etc… A partir de l’ensemble de ces documents, on peut dégager un certain nombre de principes qui régissent cette activité quelque soit le lieu où elle est menée, une méthodologie et un certain nombre de critères dévaluation.

Principes régisseurs :

-L’activité de désherbage fait partie de la politique d’acquisition du centre de ressources. Dans les diverses procédures d’acquisition, elle se situe dans la première étape de la procédure d’acquisition à savoir « évaluer l’état du fonds » (charte d’acquisition de la FABDEN).

-L’activité de désherbage se justifie selon trois principes généraux selon le CDPP de Dordogne. Tout d’abord, un service de documentation n’est pas un service d’archives. Ensuite, une documentation périmée ou vieillie est responsable de la désaffectation du CDI par les élèves, participe de l’échec scolaire et de l’inappétence à la lecture, et donne une idée passéiste de la littérature de jeunesse. Enfin, toute partie intégrante de la politique d’acquisition, toute élimination doit être régulière et complétée par une politique d’acquisitions dans le même secteur.

De plus, il est nécessaire d’avoir comme le souligne Michel Mélot un espace clair et aéré car « il faut savoir que l’amoncellement de documents rend perplexe, embarrasse et agace beaucoup les lecteurs ». Si on enlève les livres désuets et/ou porteur de désinformation, le lecteur à ce moment là n’est plus noyé dans une offre qui a l’air abondante et qui n’aboutit pas.

Le but avec la pratique de désherbage n’est pas d’accumuler pour constituer une sélection mais de sculpter la collection (Michel Mélot)

Le désherbage : des critères variables

-Pour le désherbage, la nécessité d’une méthode s’impose. Parmi les critères propres à tous les types de document, il s’avère selon Michel Mélot que ceux sont les critères d’usage, c’est à dire les statistiques de prêt (que l’on soit en manuel ou en informatique) et l’âge du document c’est à dire sa date de publication, qui sont le plus souvent utilisé.

  • L’âge est le moins bon critère. Il n’est pas facile à appliquer selon les domaines (en sciences humaines ou en histoire). C’est beaucoup employé pour les périodiques.

  • L’usage est un critère objectif parce qu’il est chiffré sauf qu’on ne sait pas estimer, pour le moment, la consultation sur place. Ce critère d’usage n’est utilisable que pour les livres que l’on prête. Ce n’est pas un critère dynamique parce que cela mesure l’usage passé. De plus, un livre peut ne pas être beaucoup demandé, donc peu emprunté, mais d’autre part être excellent. Cela permet de définir néanmoins le cœur de votre collection.

-La question du désherbage des documents dépend notamment du type de document.

Ainsi, les manuels scolaires présents dans un CDI doivent correspondre à la réactualisation des programmes. Au-delà, ils sont éventuellement donner aux enseignants ou ils sont mis au pilon (dans le CDI en question, les manuels scolaires étaient conservés pour servir à des panneaux de présentation pour les élèves).

-Les dossiers documentaires ne peuvent être conservés que s’ils ne sont pas mis à jour régulièrement (nous avons retrouvé plus de deux dossiers documentaires obsolètes dans le CDI).

-Pour les romans, il est nécessaire de prendre en compte l’importance déterminante de l’aspect extérieur du document dans la décision de lecture, et doit faire acheter systématiquement les éditions récentes (satisfaisantes évidemment), surtout pour les classiques.

-Concernant les livres documentaires, le CRDP de Dordogne propose une méthode de désherbage des collections reposant sur l »âge du document, les prêts ou consultations dont il est ou non l’objet et les critères de valeur IOUPI (lien pour arrivée à la page).

-Les périodiques : la question des dates butoirs : doivent être modulé en fonction des utilisations développées dans l’établissement.

-La nécessité de prendre en compte le contexte du centre de ressource :

-A ces critères bibliothéconomiques se rajoutent ceux liés au contexte propre de l’établissement scolaire. Il faut savoir que chaque établissement est particulier. La même recette ne peut pas s’appliquer à tout le monde. Ainsi, un livre peut être désherbé en raison de son inadéquation avec l’age et les besoins des publcis notamment en raison de son niveau de langue ou alors du contenu propre de l’ouvrage.

Démarche administrative :

-Le désherbage doit être complété par l’établissement d’une liste globale et justifiée (manuels obsolètes, documents en mauvais état…), que l’on fait passer au CA par l’intermédiaire de l’intendant. Il est également possible d’éditer rapidement une liste sur BCDI. Pour être compris par l’ensemble des membres de l’équipe pédagogique, il est nécessaire d’objectiver et de rendre public, les principes de références, les critères et les procédures de sélection (charte acquisition de la FABDEN).

Cette démarche administrative est nécessaire pour faire admettre au public et à l’autorité de tutelle la nécessité de cette démarche. Il est vrai qu’il est difficilement compréhensible de demander un budget et d’éliminer des livres. En plus d’être un bien culturel, le livre recèle un capital symbolique. L’écriture est une matérialisation de la pensée, et le livre la demeure de la pensée. En plus, il existe un obstacle d’ordre affectif : pourquoi détruire quand on sait que certains manquent de livres ?

-Traitement physique des ouvrages désherbés :

-Les pratiques obligatoires lors d’un désherbage : on appose un tampon à l’encre rouge sur l’estampillage du document qui explique « exclu des collections » (du fonds d’origine), ou « mis au pilon».

Le désherbage: des acteurs et un public:

– Les acteurs concernés par l’activité de désherbage au sien du CDI sont essentiellement les deux enseignants-documentalistes du CDI dont cette activité fait partie de leur compétences professionnelles. Néanmoins, cette activité nécessite également l’intervention potentiel du conseil d’administration, instance de décision qui doit être tenu au courant des documents désherbés. Cette activité nécessite également la collaboration de l’équipe pédagogique et notamment des enseignants de disciplines qui par leur expertise peuvent formulés un avis concernant tel ou tel ouvrage.

-L’activité de désherbage est destinée à mettre à disposition un fonds documentaire à jour et répondant aux diverses besoins du public du centre de ressources. Ainsi, les élèves et les membres de l’équipe pédagogique constitue le public pour qui cette activité documentaire est mise en œuvre. Les enseignants de discipline sont également un public vers lequel il est nécessaire de justifier et d’expliquer l’activité de désherbage. En effet, sur le principe qu’on ne jette pas les livres, beaucoup d’entre eux sont réfractaires à l’idée de désherber un livre en raison de sa vétusté. En effet, pour certains d’entre eux cet acte est assimilé à du « gaspillage ». Elle est donc nécessaire de communiquer auprès d’eux sur cette question.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s